Manuscrits de Sana'a au Yémen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Manuscrits de Sana'a au Yémen

Message par Ismael-Y le Dim 5 Juin - 20:12

cette propagande n est plus utile Very Happy
les plus vieux manuscrits du Coran retrouvés à Birmingham


Ce qui peut être plus anciens fragments du Coran au monde ont été trouvés en Université de Birmingham.
La datation au radiocarbone a trouvé le manuscrit à être âgé d'au moins 1370 années, ce qui en fait parmi les premiers dans l'existence.
Les pages du texte sacré musulman étaient restés méconnus dans la bibliothèque de l'université pendant presque un siècle.
L'expert de la British Library sur ces manuscrits, le Dr Muhammad Isa Waley, dit cette «découverte passionnante» rendrait les musulmans "se réjouir".
Le manuscrit a été conservé avec une collection de livres et d'autres documents du Moyen-Orient, sans être identifié comme l'un des plus anciens fragments du Coran dans le monde
Prof Thomas dit la datation des folios Birmingham voudrait dire qu'il était tout à fait possible que la personne qui les avait écrites aurait été en vie à l'époque du Prophète Muhammad.
". La personne qui a réellement écrit il pourrait bien avoir connu le Prophète Muhammad Il aurait vu sans doute, il aurait peut-être entendu prêcher Il peut l'avoir connu personnellement. - Et ce qui est vraiment une pensée pour évoquer avec," at-il dit
Il dit que «les parties du Coran qui sont écrites sur ce parchemin peuvent, avec un degré de confiance, être datés à moins de deux décennies après la mort de Mohamud"
http://www.bbc.com/news/business-33436021

Birmingham Qur'an manuscript dated among the oldest in the world

Muslims believe that the Qur’an they read today is the same text that was standardised under Uthman and regard it as the exact record of the revelations that were delivered to Muhammad..
These portions must have been in a form that is very close to the form of the Qur’an read today, supporting the view that the text has undergone little or no alteration and that it can be dated to a point very close to the time it was believed to be revealed
http://www.birmingham.ac.uk/news/latest/2015/07/quran-manuscript-22-07-15.aspx
Les musulmans croient que le Coran ils lisent aujourd'hui est le même texte qui a été normalisée en vertu Othman et le considèrent comme l'enregistrement exact des révélations qui ont été livrés à Muhammad.
Ces parties doivent avoir été dans une forme qui est très proche de la forme du Coran lu aujourd'hui, en soutenant le point de vue que le texte a subi peu ou pas de modification et qu'il peut être datée à un point très proche du temps on croyait être révélé.
-------------

Les orientalistes complotent contre le Coran sous l'apparence d'étude académique et conservation d'archives
Par Aisha Geissinger
En 1972, une 'morceau en papier' a été trouvée par les ouvriers du bâtiment faisant le travail de restauration dans la Grande Mosquée dans Sana'a, l'Yémen. Entre les toits intérieurs et extérieurs de la mosquée était une collection d anciens parchemins et documents en papier, livres endommagés et pages individuelles. Les siècles de pluie et d’humidité et dommage par les insectes et les rats en avaient rendu une grande partie illisible. Qadhi Isma'il Al-Akwa', alors président de l'Autorité des Antiquités yéménite, pensait que la découverte pourrait être importante, et a essayé d'obtenir les fonds et l'expertise nécessaire d'examiner et préserver les documents. En 1979 il a réussi à intéresser un érudit allemand visitant les documents, qui a à son tour persuadé le gouvernement allemand de financer et organiser leur restauration.
Le gouvernement allemand a envoyé Gerd-R. Puin, un spécialiste dans la calligraphie arabe et paleology Coranique, de l'Université de Saarland pour superviser le projet en 1981. Maintenant, plus de 15,000 documents ont été nettoyés et classés et dans la Maison de Manuscrits de l'Yémen. Les documents incluent des dizaines de milliers de fragments de presque mille différentes copies du Coran. Quelques morceaux peuvent dater des premiers et deuxièmes siècles après le hijra, en les faisant parmi les manuscrits coraniques survivants les plus anciens. Les autorités Yemenites ne veulent pas le fait que les Orientalistes travaillent ces documents à être su largement connus, en craignant la protestation des Musulmans inquiets(- de son manipulation et son abusement). Pour l'instant, ils ont seulement permis à H.-C. Grant von Bothner, un historien Islamique d'art de la même université, pour examiner les documents de près.
À l'excitation de Puin et de von Bothner, certains ont montré des différences mineures dans les termes et l'ordre de versets de Coran comme utilisé aujourd'hui. Le fait de savoir que l'approche aux documents pourrait être prévenue dans l'avenir si les Musulmans ont réalisé les implications de leur recherche, von Bothner a pris plus de 35,000 photos sur le microfilm des textes. Maintenant que le microfilm est bien en Allemagne, les Orientalistes sont libres d'étudier les documents et publier leurs conclusions et les journalistes, proclamés réformateurs auto-proclamés et autres parties intéressées peuvent aussi discuter les implications du fait de trouver sans devoir s'inquiéter au sujet de Puin compromettant et de la recherche de von Bonther .
Un article intitulé Quel Coran ? a été publié dans the Atlantic Monthly en janvier de 1999 de ce projet de restauration. Il clarifie ses objectifs : Puin veut défier la conviction Musulmane que le coran est le mot inchangé de Dieu. Les musulmans, il dit, ont approuvé les critiques textuels de la Bible que la Bible a une histoire et "n'est pas tombé directement du ciel", mais ont refusé d'admettre que le coran a aussi une histoire. Il croit que les fragments trouvés dans Sana'a prouveront que le coran est "une sorte de cocktail de textes qui n'ont pas été tous compris même au moment de Muhammad" (p. 46). Andrew Rippin, le professeur d'Études Religieuses à l'Université de Calgary, Canada, réclame qu'ils montrent que le texte coranique "est moins stable et a donc moins d'autorité, qu'était toujours réclamé" (p. 45).
Le fait est que l'existence de différences mineures dans les termes et dans le classemnt des surahs dans les premiers masahifs (les manuscrits) n'est aucune surprise aux Musulmans familiers avec l étude Islamique classique du Coran. De telles variations se sont produites pour plusieurs raisons. Un facteur est les différences dialectiques existant alors dans de différentes régions d'Arabie. Un autre est cela certains des Sahaba kiram (les Compagnons) ont enregistré un tel masahif pour leur propre utilisation personnelle. Comme ces personnes en avaient ou mémorisé le coran dans son ensemble ou de grandes portions, de tels masahif ont été écrits simplement comme une aide à la mémoire. Donc, les notes dans les marges comme les termes de du'as (les supplications) se sont produites et l'ordre de surahs varié. Les livres écrits par les érudits Musulmans classiques, comme Itqan d Al-Suyuti', entrent dans le grand détail de telles éditions.
Quand le Khalifa 'Uthman ibn 'Affan a ordonné à cet un texte standard à être utilisé : LE SQUELLETE IOU AL RASM , et d'autres détruits, les Sahabas qui ont possédé masahifs auquels l'entretien des variantes ne s'étaient pas opposé à cette décision, qui montre qu'ils ont approuvé son verdict. De plus, dans la guerre civile ultérieure entre les supporters du Khalifa Ali ibn Abi-Talib et de Mu'awiya, les demandes de l'arbitrage selon le coran n'ont jamais impliqué des revendications que l'autre côté avait un Coran incomplet ou changé. Cela aurait été une arme convenable et ravageuse s'il pourrait avoir été à toute la conviction. La connaissance de ces variations a été préservée par l école classqieu musdulmane et a été utile pour les érudits de tafsir (l'interprétation de coran). Il n'a jamais été vu comme l'évidence contre l'intégrité du texte Coranique, pourtant et pour cette raison les Orientalistes n'ont pas réussi à y construire un argument fascinant. La possession de leurs propres documents pour construire les spéculations sur leur donne beaucoup plus de pièce pour manœuvrer, comme ils peuvent définir les termes et les conditions de leur recherche.
Les études des textes accompliront probablement deux objectifs principaux. Pour les Orientalistes, les fragments de Sana'a fournissent plus de matière sur construction des conjectures 'de l'évolution' du texte Coranique et des événements dans la première histoire Islamique. Les soi-disants réformateurs utiliseront les documents, ou, mieux, les conclusions d'Orientalistes d'eux, pour concurrencer l'autorité des érudits classiques et d'ulamas contemporain. the Atlantic Monthly indique t que certains Orientalistes et 'réformateurs' collaboreront sur le projet de réinterpréter le Coran : une Encyclopédie du Coran, semblable aux encyclopédies Bibliques écrites par les critiques textuels, est publiée pour présenter les dernières approches de l'Orientaliste à l'interprétation Coranique. Nasr Abu-Zaid, qui réclame que le coran peut seulement être compris comme un texte littéraire et a été juridiquement déclaré un apostat en Egypte en 1995,
L'étude occidentale du coran et de l'Islam produits de missionnaires et les inquiétudes militaires. 'Les spécialistes' modernes dans l'Islam ont essayé à la distance eux-mêmes de cet héritage et projettent leurs conclusions comme séculaires, scientifique et impartial. Pourtant, l'article révèle une inclination Biblique aussi bien que séculaire persistante Ces spécialistes semblent divinement ignorants que la critique Biblique et leur version d'études de coran ne sont pas" tombés du ciel "non plus. Ces approches à la Sainte Écriture sont des produits d'un climat historique, politique et économique particulier.
La Bible est le modèle implicite contre lequel le coran est mesuré. Il est considéré "un cocktail" parce qu'il ne présente pas de matière dans l'ordre chronologique ou thématique typique d'histoires Bibliques.: on juge n'importe quel texte s'occupant des occurrences extraordinaires inauthentique. Aussi, on considère que la forme Biblique de n'importe quelle histoire est plus authentique, parce que c'est plus ancien, pendant que l'idée que le coran, comme la dernière révélation, pourrait être correct dans ses différents comptes d'événements est écartée et rejetée. Les restrictions des fournisseurs de cette étude 'impartiale' et 'scientifique' du coran sont d'une manière exagérée imposées sur le texte sacré lui-même. Puin réclame qu'un cinquième du coran est incompréhensible, apparemment parce qu'il lui-même ne peut pas le comprendre.
Le fait que la préservation de documents coraniques est laissée dans les mains de tels gens est une tragédie qui reflète l'impuissance et le manque de foi de l,ummah Musulmane. Il apporte pour pour prêter attention aux ahadiths qui décrivent la disparition des musahifs et les souvenirs des gens qui se produiront aux Derniers temps. L'ordre du jour ouvertement politique de ces Orientalistes est évident; dès que la confiance des Musulmans en authenticité du coran est sapée, l'Islam n'aura aucune autorité sociale ou politique. Les musulmans ne seront plus capables de prétendre savoir que la volonté divine est sur les éditions aux limites de l'implémentation de lois Islamiques à la libération d'Al-Quds (Jérusalem).
Les solutions convenables, basées sur les réalités de la domination politique et économique de l'ouest, seront imposées sur eux avec l'impunité totale.


Dernière édition par Ismael-Y le Dim 5 Juin - 20:19, édité 1 fois

Ismael-Y
Admin

Messages : 1541
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://religionislam.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manuscrits de Sana'a au Yémen

Message par Ismael-Y le Dim 5 Juin - 20:12

En 2000, Le Gardien a interviewé un certain nombre d'universitaires pour leurs réponses aux revendications de Puin, y compris Dr Tarif Khalidi, un conférencier dans les Études Islamiques à l'Université de Cambridge et le Professeur Allen Jones, un conférencier dans les Études coranqiue à l'Université d'Oxford. En ce qui concerne la revendication de Puin que de certains mots et des prononciations dans le Coran n'ont pas été standardisés jusqu'au neuvième siècle, les notes d'article.[1]
Jones reconnaît qu'il y a eu des changements 'insignifiants' faits à la révision Uthmanique. Khalidi dit que le compte Musulman traditionnel du développement du Coran est toujours plus ou moins vrai. 'Je n'ai encore rien vu pour radicalement changer ma vue,' dit-il. [Jones] croit que le Mushaf de Sa'na pourrait juste être une mauvaise copie qui était utilisée par les gens à qui le texte Uthmanique n'était pas encore arrivé. 'Il est assez concevable qu'après la promulgation du texte Uthmanique, il a pris une longue période pour y arriver.'

http://www.viswiki.com/en/Sana'a_manuscripts

svp .visitez ce lien intéressant:

http://www.maison-islam.com/articles/?p=184


The Sana'a manuscripts


http://www.unesco.org/webworld/mdm/visite/sanaa/en/present1.html

Ismael-Y
Admin

Messages : 1541
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://religionislam.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manuscrits de Sana'a au Yémen

Message par Ismael-Y le Dim 5 Juin - 20:13

y avait-il quelque chose qui ne vas pas avec de premiers fragments/exemplaires Coraniques trouvés dans la grande mosquée de Sanaa en Yémen ?
par karim
Certains missionnaires chrétiens citent (l ancienne) théorie de Gerd Puin des premiers manuscrits coraniques trouvés dans la mosquée Sanaa en Yémen, Gerd Puin a supposé (non exposé) que ces manuscrits trouvés ont différé d'autres des manuscrits coraniques et les missionnaires donc chrétiens soutiennent que le coran a été changé dans l'histoire etc. D'abord je citerai l'article de cette édition communément utilisée par certains missionnaires chrétiens, après cela je donnerai un reponse à cet article chrétien.


Article chrétien = italique
Réponse islamique = gras



Un Palimpseste Qur'an du Sanaa Qur'ans

Un de grands formate coran Hijazi, trouvé dans la Grande Mosquée dans Sanaa, est un palimpseste à partir du début du 8ème siècle. Voici une image d'un de ses draps :
http://img11.yfrog.com/i/capture1xos.png/
Palimpsest of Codex Sanaa 01-27.1, Dâr al-MakhTûTât al-Yamanîya, Sanaa,

(Photo: Gerd-Ruediger Puin; 1


Ce manuscrit est un des fragments/exemplaires coraniques qui ont été trouvés en 1972 dans le grenier de la Grande Mosquée dans Sanaa, l'Yémen. [/b] Ces coran yemenis étaient un objet de recherche intellectuelle à partir de 1980. Dans la supervision de Dr Albrecht Noth, le Professeur à l'Université d'Hambourg,Dr Gerd-Ruediger Puin était responsable de l'organisation intellectuelle aussi bien que pratique du projet de 1981 à 1985, quand il a été succédé par son Dr de collègue Hans-Caspar Graf von Bothmer depuis encore deux ans (2).
Le susdit morceau du manuscrit palimpseste montre deux couches de script. Les deux scripts sont du type de Hijazi :

Premièrement, un script marron foncé fait partie de surah 20:1-10 (surah Taahaa ou Al-kamiyl).

Deuxièmement, avec un peu de patience vous vous rendrez compte que sous les traces de script darkbrown d'un script brun clair sont reconnaissables. Ce dernier script original a été lavé du parchemin pour qu'il puisse être utilisé de nouveau. Le dessin semblable à l'échiquier du substrate est un objet fabriqué de la procédure de l'analyse.

.
Sans appliquer des moyens techniques spéciaux signifie que le script plus ancien n'est pas lisible, mais c'est sans doute un texte coranique, aussi. Cela doit être vu facilement par une particularité des deux couches d'écriture : les lavés du script aussi bien que la deuxième écriture affichent des séparateurs de versets, c'est-à-dire quelques dessins de point géométriques simples. Même dans le susdit petit morceau du palimpseste on peut reconnaître de tels séparateurs dans les deux couches d'écriture. Supplémentairement au moins un séparateur de surahs (deux lignes parallèles traversant la page du droit de gauche, de nouveau avec quelques dessins entre eux) peut clairement être reconnu dans le script original du manuscrit palimpseste (pour être vu dans le susdit morceau). De tels séparateurs ont été utilisés seulement dans les coranss. Il semble y avoir pas n'importe quelle exception dans les textes non-coraniquesc dans d'autres écritures Islamiques-premières.

Pourquoi la couche plus ancienne a été nettoyée on ne peut pas dire sans doute non avant qu'il ne puisse être lu en détail. Mais il y a à peine autre explication de ce remplacement d'un texte coranique par un autre concevable que cela la version de texte plus ancienne pourrait avoir scandalisé des théologiens ou d'autres gens dans le pouvoir ou la charge. Cela n'implique pas nécessairement de modification du même texte, depuis que la période formatrice du texte coranqiuec peut déjà avoir été accomplie, quand le premier script a été écrit. Le plus probablement l'arrangement du surahs a été changé. Et cette hypothèse est corroborée par le fait que parmi les conclusions dans Sanaa il y a effectivement des coran avec un arrangement de surahs différent de coran transmis.

Notes:

1. Hans-Caspar Graf von Bothmer, Karl-Heinz Ohlig, Gerd-Ruediger Puin: "Neue Wege der Koranforschung". magazin forschung (Universitaet des Saarlandes, Saarbruecken) 1/1999, p. 33-46; courtesy of Dr. Gerd-Ruediger Puin.

2. Gerd-Ruediger Puin : "Observations on Early Qur'an Manuscripts in San'a'". - Stefan Wild (ed.), The Qur'an As Text, Leiden/New York/Koeln (E. J. Brill) 1996, p. 107-111

Source; http://www.christoph-heger.de/palimpse.htm

Réponse :

Comme l'égard au manuscrit Sana'a , il n'y a rien "choquant" de sa découverte. Au plus, il est réclamé qu'il y a un fragment où la fin de sura 26 est suivie par 37. Mais cela ne s'élève à rien, puisque c'est permissable pour placer suras dans n'importe quel ordre dans mushaf partiel. Donc c'est à peine "des nouvelles" ou une découverte "consternante".

De plus, après la publication de the Atlantic Monthly, Puin a écrit une lettre dans laquelle il a révélé :


"La chose importante, remerciez Dieu, est que ces fragments coraniques Yemensi ne diffèrent pas de ceux trouvés dans les musées et les bibliothèques ailleurs, à l'exception des détails qui ne touchent pas le coran lui-même, mais sont plutôt des différences dans la façon que les mots sont orthographiés. Ce phénomène est célèbre, même dans le coran publié à Caire dans lequel est écrit :

Ibrhim à côté d'Ibrhm
Quran à côté de Qrn
Simahum à côté de Simhum


Dans le plus anciens fragments coranique yemeni, par exemple, le phénomène de pour ne pas écrire la voyelle alif est assez commun. "

Prof. Azami commente:

"Cela dégonfle la controverse entière, en époussetant loin les tissuss d'intrigue qui ont été lancés autour des découvertes de Puin et de la réalisation d'eux un thème indigne de spéculation supplémentaire."

Source: Puin's letter and Prof. Azami's comments cited from: M. M. Azami, The History of the Qur'anic Text from Revelation to Compilation: A Comparative Study with the Old and New Testaments, UK Islamic Academy, 2003 pp. 12

Quelques informations supplémentaires
:

Question

Pourquoi les manuscrits devraient-ils être lavés ou effacés ? Ce qui a été incorrect avec eux si les parchemins étaient appropriés à être lavés et ensuite le texte coranique a-t-il réécrit sur eux ?

Réponse

C'était une pratique commune dans le passé. Quand l'écriture d'un vrai manuscrit s'est dissipée (l'encre ne fait pas l'obligation au parchemin comme cela fait au papier), toute l'écriture a été lavée de rendre le parchemin cher utilisable pour un nouveau texte. C'était une façon ancienne de recycler. La lessive, heureusement pour nous, n'était pas complète : c'est comment de plus premiers textes peuvent être vus en utilisant de plus nouveaux textes clairs ultravioles d'en dessous..

Joh Bourdon :
Que nous avons aujourd'hui dans nos mains est le Mushaf de Muhammad.
source: J. Bourdon, The Collection Of The Qur'an, 1977, Cambridge University Press, pp. 239-240.
Sites recommandés :

http://www.islamic-awareness.org/Quran/Text/burton.html

http://www.islamic-awareness.org/Quran/Text/Mss/

http://www.islamic-awareness.org/Quran/


http://www.islamic-awareness.org/Quran/Text/
pris de
http://www.answering-christianity.com/karim/mosque_of_sanaa.htm

Ismael-Y
Admin

Messages : 1541
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://religionislam.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Manuscrits de Sana'a au Yémen

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum