De la date de Nos Evangiles par PAR CONSTANTIN TISCHENDORF.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la date de Nos Evangiles par PAR CONSTANTIN TISCHENDORF.

Message par Ismael-Y le Mar 25 Nov - 23:48


Pages 11-15
Je reviens, dans ce but, à cette nouvelle édition du Nouveau Testament grec dont j'ai parlé plus haut. Bientôt après que les apôtres eurent composé leurs écrits, on se mit à les copier , et cette multiplication incessante nombreuse de copies faites sur des copies se prolongea jusqu'au seizième siècle, où l'impri­merie vint heureusement prendre la' place des copistes. On comprend de reste que bien des négligences, que bien des fautes durent se glisser inévitablement, dès le début, dans ces reproductions des ouvrages originaux; mais ce que l'on conçoit moins facilement, c'est que ces écrivains se soient permis d'introduire çà et là des changements portant tantôt sur les termes, tantôt sur le fond des choses,  ou même pire de retrancher au 'texte, et, plus volon­tiers encore, d'y ajouter.
Les premières éditions du texte grec, qui parurent au seizième siècle, forent tirées des manuscrits qui tombèrent, les premiers aussi, sous la main. On se plut naturellement à ré­pandre ces éditions et à les réimprimer. De là naquit l'habitude de professer, pour ce texte souvent réédité, une estime particuliêre ,sans que l'on sût toutefois s'il était la reproduction exacte de celui qu'avait tracé la plume des apôtres. Mais bientot on trouva dans les biblio­thèques de l'Europe des manuscrits vieux de mille ans; et en leur comparant le texte imImprimé l'on ne tarda pas à s'apercevoir qu’il  s'écartait, en bien des passages, de celui de ces manuscrits . Il faut dire aussi que dès les premiers siècles de l'ère chrétienne le texte grec avait été traduit en diverses langues, en latin, en syriaque, en égyptien, etc., etc.; or, on découvrit aussi de vieux manuscrits de ces tra­ductions, et, en les examinant, on put, une fois de plus, démontrer qu'il existait depuis longtemps bien des diversités dans le texte sacré. Enfin on constata d'une autre manière encore l'existence de ces variations, au moyen des passages bibliques que les Pères de l'Eglise, à partir du second siècle, ont cités dans leurs ouvrages. Il était donc bien établi , par ces preuves diverses , que le texte des apôtres , copié, recopié, et multiplié pendant quinze siècles, soit en grec, soit en latin, soit en toute autre langue, avait subi, dans un bon nombre de passages, des modifications qui faisaient planer une fâcheuse incertitude sur ce que les apôtres eux-mêmes avaient écrit.
Depuis longtemps de nombreux savants se sont efforcés d'épurer ce texte reçu, en faisant disparaître les additions qui lui sont étran­gères. On a même compris de nos jours que Le meilleur parti a prendre serait deautre immédiatement puisé aux sources le mettre tout a fait de coté et de lui en subsituer un autre immédiatement puisé  aux sources les plus anciennes et les plus autorisées. C'est là certainement ce qu'il y aurait de mieux à
faire ; car alors seulement on pourrait le réormer, je veux dire le rapprocher autant que possible de celui des apôtres, et éclairer le jugement des savants sur chaque passage imprimé ou écrit. Mais, pour accomplir cette
réforme radicale, il importe avant tout d'en ien asseoir les fondements, c'est-à-dire d'étudier à fond, avec la plus grande exactitude, es documents que nous possédons. Eh bien!
 a suivre

Ismael-Y
Admin

Messages : 1598
Date d'inscription : 23/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://religionislam.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum